Jusqu'au 29 avril, une bougie Melon offerte dès 100€ d'achat.
Frais de port offerts vers l'UE pour toute commande supérieure à 80€.

LE JARDIN CARRIÈRE FRÈRES

Installée à Mortagne-au-Perche, en Normandie, depuis 1901 via son atelier de fabrication, Carrière Frères aspirait à s’y engager davantage. C’est désormais chose faite, et ce de la plus verte façon : avec le concours de la Fondation du Patrimoine de Normandie et la Mairie de Mortagne-au-Perche, Carrière Frères s’est investie dans la création d’un jardin pour la ville. Un jardin pas tout à fait comme les autres, puisqu’il abrite en son cœur un jardin de semences.

LE JARDIN DES GRAINES, LIEU DE TOUTES LES PLANTATIONS


Pensé comme une démarche végétale globale, le jardin initié par Carrière Frères et imaginé par Antoine Ménard, paysagiste mortagnais, va permettre l’agrandissement du jardin de semences actuel. Légumes, fleurs et aromatiques y poussent sans cueillette ni coupe mais sous l’œil attentif de l’association Mortagne en Transition, qui, des semis à la distribution, veille aux graines. Lorsque leur temps est venu, celles-ci sont récoltées, ensachées et déposées dans une grainothèque. Les Mortagnais peuvent alors en disposer librement pour leurs potagers, voire y contribuer avec leurs propres récoltes, conférant à ce jardin de grandes vertus d’échange et de partage. De nombreuses variétés végétales, endémiques, rares ou rustiques viendront habiller ce jardin de 400m², une façon durable de mettre en valeur et de préserver le patrimoine floral local et la biodiversité.

NOURRIR LA CURIOSITÉ AUTANT QUE LE PARTAGE


Avec ses bancs, sa terrasse en bois et son kiosque, le jardin est tout autant voué à devenir un lieu de promenade pour les Mortagnais et les touristes qu’un espace de découverte puisqu’il disposera de panneaux relatifs aux différentes espèces, graines et missions de Mortagne en Transition. L’occasion pour toutes les générations de se familiariser avec la diversité et les cycles naturels. Et parce que la présence de pollinisatrices infatigables est essentielle à la pérennité des lieux, une ruche pédagogique – transparente d’un côté et dotée d’une entrée en hauteur pour plus de sécurité – sera installée par le Conservatoire de l’Abeille Noire de l’Orne, permettant d’observer en toute quiétude le travail des ouvrières.  

INTERVIEW D'ANTOINE MENARD, PAYSAGISTE DU JARDIN

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

J'ai toujours été passionné par la nature. Ce rapport n'a pas été que contemplatif, j'ai très vite aimé "faire avec" la nature. J'ai eu la chance de pouvoir travailler dans les différents domaines qui gravitent autour du métier de paysagiste : architecte, géomètre, urbaniste, horticulteur, entrepreneur de jardins. Mes premières expériences en bureau d'étude paysage ont été faites chez Palik Van Hövell près de Tournai (Belgique). Et c'est tout naturellement que j'ai effectué ma formation à Gembloux près de Namur. La Belgique possède un bon mélange d'influences entre la structure des jardins flamands et la poésie des jardins anglais. À la fin de mes études j'avais besoin de concret et j'ai développé mon entreprise de travaux paysagers, d'abord à Bruxelles, puis rapidement en France dans l'Oise. En 2010, j'ai fait le choix de me concentrer uniquement sur mon savoir-faire de concepteur paysagiste. Je suis installé dans le Perche, à Mortagne depuis 2014, région qui nous a accueilli et que j'aime.

 

Qu'est ce qui vous inspire chez Carrière Frères ?

​​L'entreprise Carrière Frères trouve son inspiration dans la nature. Nous avons ce point en commun. C'est une démarche ressourçante et vertueuse. Carrière Frères ancre son identité commerciale à la fin du XIXe, époque de grande effervescence culturelle et botanique. Ce sont les créations des cercles archéologiques et patrimoniaux, l'époque des découvertes et de la curiosité scientifique. Une période qui inspire encore par son audace, son raffinement et son élégance. 

 

Quelles ont été vos sources d'inspiration pour ce projet ? 

J'ai tout naturellement cherché mes inspirations à la fin du second Empire. L'usage du bois dans le jardin s'est imposé de lui-même. Nous avons la chance d'avoir à Mortagne-au-Perche le dernier exemplaire français d'une tribune d'hippodrome de style Napoléon III. Je me suis inspiré des gardes corps et du principe de l'estrade. Les bois des structures sont peints, seuls les planchers conservent leurs aspects bruts. La présence d'une ruche dans le jardin a également conditionné le choix des végétaux, mellifères pour beaucoup. Une prairie fleurie complète la palette.

 

En quoi ce lieu est-il spécial pour vous ? ​​

Le site qui a été retenu pour le développement de ce projet se trouve au pied de l'ancienne collégiale de Mortagne-au-Perche. Cette dernière fut détruite en 1792. Seule fut conservée la crypte Saint André, située sous l'ancienne collégiale et qui servit de fondation au tribunal construit au tout début du XIXe siècle. Cette crypte du début XIIIe siècle est d'une architecture simple et majestueuse.  Le jardin Carrière Frères viendra enserrer cette dernière et la mettre en valeur, telle une antichambre végétale. Ainsi, Carrière Frères s'inscrit pleinement dans l'histoire de cette petite cité de caractère.

 

Quel est votre définition du jardin idéal ? 

Le jardin est une parcelle de nature domestiquée. Ce dernier doit à la fois rappeler notre lien avec le monde végétal et contenter notre œil par un ordonnancement étudié. Un jardin est une création très personnelle. Il naît de la vision esthétique d'une personne. Pour autant, il a pour vocation d'accueillir un public plus ou moins large. Le génie de la création consiste donc à puiser dans les règles des proportions harmonieuses et tenter de réaliser une synthèse la plus parfaite possible entre le jardin et son environnement.

 

Qu'est ce qu'un bon paysagiste selon vous ?

Le paysagiste est un catalyseur. Il a la capacité de mettre en présence les composantes du paysage pour en exprimer toute la beauté. Il met sa connaissance de l'art des jardins et de l'optique pour organiser un lieu où l'on se sent bien. Il doit être doté d'une bonne capacité d'écoute pour traduire en jardin ce que son commanditaire exprime en désirs. La connaissance et l'intérêt pour le végétal sont indispensables. Tout est affaire de passion et de patience.